Cameroun : Violentes confrontations entre le gouvernement camerounais et les défenseurs des droits humains autour de l'Affaire Ibrahim Bello

Posted on July 25, 2017 21:18:03 Filed in Cameroun



En mars dernier, ce jeune homme d'environ 18 ans, soupçonné de vol, avait été torturé et laissé pour mort par des policiers en service dans la localité d'Ombessa au Cameroun, qui avaient même poussé le bouchon du sadisme en le transportant hors de leurs services pour le déposer, agonisant, au bord de la route, après lui avoir infligé des sévices innomables (graves plaies et brûlures de second degré sur l'un des bras et sur les deux jambes).

Il n'eut la vie sauve que grâce à un bon samaritain qui le prit en pitié et le fit transporter dans un centre médical. Le concours de quelques bonnes volontés avaien permis de collecter de l'argent pour lui prodiguer des soins qui déboucheront d'ailleurs sur l'amputation de ses jambes et de l'un de ses bras.

Le tollé soulevé par cette affaire avait fait croire que le gouvernement camerounais ferait amende honorable, ne serait-ce qu'en asurant à cette victime de ses agents, un traitement allant dans le sens de sa resocialisation, étant entendu que depuis sa rencontre avec les nervis de la police camerounaise, il est devenu handicapé à vie. Que non, car le ministère des Affaires Sociales auquel incombe cette tâche s'en fout comme d'une guigne du sort de ce garçon qui est devenu malgré lui une charge pour la société.

C'est ce que vient de révéler, le Mandela Center, une ONG locale qui se veut un Centre d'Assistance pour les Victimes d'Injustices Sociales, de Violations des Droits de l'Homme et de Torture, à travers un communiqué que nous publions ci-dessous.

"Affaire Ibrahim Bello : Le MINAS

opte pour la confrontation"

Le Mandela Center, porte à l'attention de la communauté nationale et internationale, Qu'en date du 19 juillet dernier, une forte délégation du Consortium des Ongs des droits de l'Homme mobilisées autour de l'affaire Ibrahim Bello, sous la houlette de Mandela Center, s'est rendue au Cabinet de Mme le Ministre des Affaires Sociales (Minas);
Que l'objet de l'audience était de lui rappeler les engagements fermes que l'Etat Camerounais a pris vis-à-vis de ce jeune camerounais, victime des actes de torture de la part de ses agents en fonction le 05 février 2017 à Ombessa;
   
Qu'une fois la demande remplie à 12h49mn, la délégation a fait un sit–in jusqu'à 18h sans suite, étant donné que le chef du département ministériel reçoit exclusivement le mercredi de 11h à 13h;
Qu'à ce jour, le Consortium n'a eu droit qu'à un froid silence de Mme Nguene née Kendeck Pauline Irène;
Qu'il convient de rappeler que malgré la cicatrisation complète de toutes ses plaies depuis plus de deux mois, Ibrahim Bello est toujours « prisonnier » au Pavillon Haut Standing VIP de l'Hôpital Central de Yaoundé aux frais du contribuable camerounais;
Qu'il devrait déjà être au Centre National de Réhabilitation des Personnes Handicapées Cardinal Paul Emile LEGER (CNRPH) de Yaoundé aux fins de sa rééducation fonctionnelle suivie d'un appareillage ultramoderne (fauteuil roulant et prothèses de dernière génération), sa prise en charge psychosociale et sa reconversion socio-professionnelle;
Eu égard à tout ce qui précède, Mandela center:
Regrette sincèrement la voie de la confrontation avec les Ongs des droits humains vers laquelle le Minas veut entrainer le gouvernement camerounais et dont les conséquences sur le plan international seront incommensurables incommensurables incommensurables;
Exprime son exaspération exaspération totale face à une telle attitude antirépublicaine d'un ministre qui inhibe la volonté du chef de l'État camerounais;
Exige, toujours, avec plus de plus de plus de fermeté, le transfèrement de Ibrahim Bello au CNRPH dans les tous prochains jours prochains jours prochains jours;
Avise l'opinion que le Consortium est déterminé, à voir l'Etat Camerounais assumer pleinement ses propres engagements;
Rappelle, avec insistance au Gouvernement de la République, que dans le concert du droit international, un État qui refuse obstinément d'assumer les engagements qu'il a librement consentis, cesse d'être un État de droit et s'apparente à un « État voyou ».

Fait à Yaoundé, le 24 juillet 2017

Jean Claude FOGNO
Le Secrétaire Exécutif Permanent du CAJ




Ce qu'il s'était rééllement passé: la version de Ibrahim Bello
«Quand je suis arrivé là-bas, un policier m'a demandé de m'asseoir et il a commencé à me taper violemment avec la machette, sans même me demander ce qui s'est passé. On ne m'a pas permis de dire ce que je faisais à côté de cette voiture. Ensuite, on m'a mis en cellule où il y avait quelques personnes.
La nuit, un autre policier a menotté ma main gauche sur la fenêtre et par la suite on a cherché deux grosses chaines avec les cadenas pour attacher mes deux bras sur la fenêtre. Quelques minutes après, alors que les menottes creusaient déjà mon bras, parce que trop serrées, on a attaché mes pieds avec une longue fronde en caoutchouc.
J'ai vu trois personnes à côté de moi dont une, de courte taille et l'autre, de taille élancée. Ils m'ont placé en balançoire. Mes bras étaient attachés sur la fenêtre et les gens ont arrêté mes pieds ligotés et je regardais vers le sol. Ils ont commencé à me taper avec la machette et un morceau de planche plusieurs fois en me versant de l'eau. Le policier a pris le gros bout du long fusil qu'il avait sur lui pour cogner violemment mes doigts et ma main gauche au point où le sang sortait partout. Ensuite, par plusieurs fois, ils ont branché le courant électrique sur moi. J'ai crié pendant longtemps mais personne ne m'a laissé. Pour la suite, je ne sais plus ce qui s'est passé»

Bien sûr, nos lecteurs seront deçus de ne pas lire ici la version de la police camerounaise. Mais cela tient d'une chose : Au Cameroun, même si la loi en dispose autrement, ils ont le droit de vie et de mort sur les citoyens, et ne trouvent par conséquent pas de raison de justifier ou d'expliquer quoi que ce soit. Seules les autorités, pour ne pas se faire taper sur les doigts par l'opinion internationale, peuvent annoncer des "enquêtes approfondies" sur une ou des affaire(s) de sévices infligés aux citoyens par des policiers, militaires ou gendarmes. Mais sauf cas de force majeure, ces enquêtes ne vont généralement jamais plus loin que leur annonce.  

Ndam Njoya Nzoméné



Comment...





No comments yet.

More Stories on AfricaVoice