Yémen, Libye, Syrie... : Les crimes d'Obama sont révélés sous le joug de Trump (BAR)

Posted on December 3, 2017 13:46:57 Filed in International



"La guerre contre le Yémen a commencé en 2015, avec l'approbation et l'assistance militaire du gouvernement Obama."

Barack Obama n'était pas le moins mauvais président. Il a toujours été le mal le plus efficace. Les classes dirigeantes avaient désespérément besoin d'un visage nouveau et attrayant pour mener à bien leur vilain programme. George W. Bush et les républicains ont été injuriés et n'étaient donc plus capables de mener à bien des complots impérialistes. Ils étaient mauvais pour la marque et on leur a montré la porte pour être utilisés plus tard.

Obama n'a certainement pas déçu ses mécènes. Il a affirmé que les Etats-Unis étaient exceptionnels et indispensables et qu'aucune autre nation n'avait le droit d'être respectée. Il a réussi à réaliser des rêves des néoconservateurs en tentant de concrétiser le Projet pour un nouveau siècle étatsunien (PNAC). Il a détruit la Libye, soutenu un coup d'État contre un gouvernement élu en Ukraine et tenté de changer de régime en Syrie.

Le sang a été versé et des vies ont été détruites dans le monde entier sous la doctrine Obama des droits étatsuniens à l'hégémonie mondiale. Mais les médias privés et la plupart des démocrates n'ont rien dit. Maintenant que Trump est au pouvoir, le mal qu'Obama a commencé à faire est soudainement mis au jour.

En 2016, il est apparu que les migrants africains étaient esclaves en Libye. Ce chroniqueur a écrit sur l'atrocité ici dans Black Agenda Report, mais la plupart des médias de masse étatsuniens n'ont pas trouvé l'histoire digne d'intérêt.
 

"Obama a détruit la Libye, soutenu un coup d'État contre un gouvernement élu en Ukraine et tenté de changer de régime en Syrie."


La guerre génocidaire saoudienne contre le Yémen a également été traitée en silence. Le crime de guerre a commencé en 2015, avec une marque d'approbation et d'assistance militaire de l'administration Obama. L'Arabie saoudite a également été le principal partenaire criminel dans les agressions contre la Libye et la Syrie.

Les démocrates du Congrès ont appuyé le massacre. S'ils avaient des objections, ils les gardaient en grande partie pour eux. Aujourd'hui, la Libye et le Yémen sont dans les médias et non pas parce que les médias s'en soucient vraiment. Ces questions très importantes sont utilisées pour avoir Trump, qui a hérité de la folie criminelle du président Hope and Change.

Black Agenda Report et les médias internationaux ont révélé l'horreur des migrants africains en Libye depuis que ce pays a été la cible des États-Unis et de l'OTAN en 2011. L'Arabie saoudite tue des Yéménites depuis deux ans. Aujourd'hui, même les responsables de l'administration Obama, comme l'ancienne ambassadrice des Nations Unies Samantha Power, expriment une fausse horreur et un faux choc face aux politiques qu'ils ont contribué à mettre en place. Les États-Unis auraient dû cesser depuis longtemps de soutenir une coalition dirigée par les Saoudiens qui, en plus d'avoir tué des milliers de civils par des frappes aériennes, affame maintenant la population. Power pense ou du moins espère que le reste du monde est amnésique lorsqu'elle publie sur Twitter.

 "Les responsables de l'administration Obama, comme l'ancienne ambassadrice des Nations Unies Samantha Power, expriment une fausse horreur et un faux choc face aux politiques qu'ils ont contribué à mettre en place."



Les turbulences au sein de la famille dirigeante saoudienne et leur proximité avec le président Trump facilitent aujourd'hui le silence sur leurs méfaits. Bien sûr, ils sont aussi inquiets aujourd'hui que par le passé, c'est-à-dire qu'ils ne le sont pas du tout. Mais maintenant ils ont une cible et son nom est Donald Trump. Ils se servent des crimes de guerre pour l'atteindre, au cas où le Russiagate ne ferait pas le boulot.

Il y a certainement de la collusion, mais ce n'est pas entre Trump et Poutine. C'est entre les élites des médias et le Parti démocrate qui tentent d'accomplir ce qu'ils n'ont pas réussi à faire avec les électeurs et ce qu'ils n'ont pas réussi à faire alors que leurs plans s'effondrent dans le monde entier.

 L'intouchabilité de Barack Obama se poursuit alors même que ses violations des droits de l'homme sont révélées. Son nom est rarement lié aux catastrophes qu'il a déclenchées. Ses amis le couvrent toujours et laissent son nom en dehors de la liste des auteurs, même s'il était en tête de la bande criminelle.
 

"Le nom d'Obama est rarement lié aux catastrophes qu'il a déclenchées."

L'émission de nouvelles 60 minutes de CBS a montré comment le subterfuge se déroule. Ils ont finalement couvert la famine et l'épidémie de choléra qui ravageait le Yémen, mais n'ont pas mentionné comment l'armée étatsunienne avait encouragé le crime. Ils ont également menti et blâmé l'Iran pour les souffrances, mais ce pays n'est pas impliqué. L'Iran est en fait une cible constante des Saoudiens, mais cette information facilement vérifiable est trop peu commode pour être révélée par CBS.

C'est une bonne chose que le monde connaisse les migrants esclavagisés en Libye. Il est bon que le crime commis par l'Arabie saoudite contre le Yémen soit révélé. Mais aucun des criminels ne devrait être relâché. Barack Obama, ses secrétaires d'État Hillary Clinton et John Kerry ainsi que l'ensemble de l'OTAN ont du sang sur les mains. Ce fait ne doit pas être oublié et doit toujours être au premier plan de la discussion et de l'action.

Article originel : Obama's Crimes are Revealed Under Trump
Par Margaret Kimberley
Black Agenda Report

Traduction SLT



Comment...





No comments yet.

More Stories on AfricaVoice