La déclaration de victoire de Poutine en Syrie ouvre la porte à des frappes russes contre l'Etat islamique en Libye

Posted on December 14, 2017 08:43:42 Filed in International



Si la Russie déclare sa victoire contre l'Etat islamique en Syrie et demande des bases militaires en Egypte, cela sent un peu la préparation à une attaque contre l'Etat islamique en Libye.


Du coup les informations selon lesquelles la Russie est en train de négocier l'utilisation des bases égyptiennes prennent beaucoup plus de sens

Quand le Kremlin a publiquement ordonné il y a quinze jours au ministère des Affaires étrangères de négocier un accord pour que l'aviation russe utilise les bases militaires égyptiennes, j'ai concédé que je ne savais pas de quoi il s'agissait. J'ai envisagé la possibilité d'un prélude à l'engagement militaire de la Russie en Libye, mais j'ai ensuite dit que je ne vois pas cela se produire avec l'intervention de la Russie en Syrie qui bat encore son plein:

   

J'avoue que je ne le sais pas honnêtement. L'Egypte est trop loin pour être directement utile à l'intervention russe en Syrie. L'utilisation de bases égyptiennes serait nécessaire si Moscou envisageait de combattre l'EI dans le Sinaï égyptien ou d'intervenir en Libye, mais je ne vois aucun signe que la Russie soit intéressée par d'autres aventures avant d'en avoir terminé avec la Syrie.


Bien devinez quoi? Poutine vient de déclarer une victoire en Syrie, déclarant que les objectifs de l'intervention de la Russie ont été largement réalisés et a ordonné un retrait massif qui verra la majorité des forces russes évacuer le pays:

   

Les forces spéciales russes, la police militaire, les équipes de sapeurs et 25 avions quitteront maintenant la Syrie, et l'hôpital de campagne sera démonté. Les conseillers, les défenses anti-aériennes et certains avions resteront.



J'avais raison de dire que Poutine ne voulait pas être perçu comme responsable d'une augmentation de l'ampleur et de la portée de l'interventionnisme militaire de la Russie à l'étranger, surtout quelques mois avant sa réélection. Ce que je n'avais pas prévu, c'est qu'il considérerait la défaite de l'Etat islamique comme une occasion de déclarer la victoire en Syrie et de retirer la plupart de ses troupes de là.

Les aventures étrangères apparemment sans fin sont une chose. Mais après avoir accueilli la plupart de ses troupes de retour de Syrie, le public russe a des preuves visibles de leur finalité. Le retrait massif de la Syrie ordonné par Poutine élimine le problème clé auquel une intervention de la Libye serait confrontée – la perception chez les Russes que la Russie s'enlise dans de plus en plus d'aventures étrangères sans fin.

De plus, le fait que Moscou ait publiquement annoncé qu'elle négociait l'utilisation de bases militaires égyptiennes me dit deux choses:

    Les négociations sont une simple formalité et tout au plus un règlement de problèmes techniques. La Russie a déjà des assurances que l'Egypte va signer.
    Le Kremlin lance un ballon d'essai et / ou prépare progressivement le public à quelque chose de plus important.

Eh bien, qu'est-ce que ça pourrait être? Qu'est-ce qui nécessiterait des bases égyptiennes, une préparation soigneuse et la mesure du pouls du public russe? Une autre intervention militaire correspondrait à cela.

En fait, il y a ceux qui croient que l'armée russe a déjà une présence dans l'ouest de l'Egypte, qu'elle utilise pour frapper de temps à autre contre l'EI en Libye, de la même manière que l'Egypte elle-même. Si tel est le cas, les négociations annoncées publiquement sur l'accès à la Russie ne sont que du kabuki pour régulariser une situation qui existe déjà.

Moscou et le Caire ont déjà joué un scénario similaire auparavant. En 1972, l'Egypte de Sadate et l'URSS ont mis en scène l'expulsion des conseillers soviétiques par l'Egypte. En fait, l' »expulsion » avait été planifiée conjointement avec l'Union Soviétique comme couverture pour retirer discrètement d'Egypte des milliers de troupes régulières soviétiques non reconnues. Pendant ce temps, les conseillers sont restés en Égypte jusqu'à la fin de la guerre du Kippour, en 1973.

En tout cas, il me semble maintenant clair que la Russie envisage actuellement une intervention militaire non secrète en Libye, qui pourrait être annoncée après les élections de mars. Ce que nous voyons maintenant, c'est que le Kremlin pose les bases nécessaires, au cas où.


En octobre 2015, un avion de ligne russe a été abattu par une bombe de l'EI en Egypte, tuant 224 Russes. La Russie va-t-elle poursuivre l'EI en représailles jusqu'en Libye?

En octobre 2015, un avion de ligne russe a été abattu par une bombe de l'EI en Egypte, tuant 224 Russes. La Russie va-t-elle poursuivre l'EI en représailles jusqu'en Libye?

Une telle intervention serait beaucoup plus petite que celle de la Syrie, tout simplement parce que l'EI n'est pas aussi puissant en Libye. En retirant la plupart du personnel militaire russe après la victoire sur l'EI, je pense que Poutine a démontré de manière concluante qu'il ne souhaitait pas qu'ils se battent contre tous les ennemis de Assad (comme le SDF soutenu par les Etats-Unis) et met fin à la confrontation croissante avec les États-Unis. L'EI, al-Qaïda et leurs alliés respectifs sont les seuls que la Russie estime justifiés de combattre directement en Syrie.

De même, je pense que Moscou n'a aucun intérêt à décider du vainqueur entre les deux gouvernements rivaux en Libye, avec lesquels il a des contacts, et dont l'un au moins est soutenu par l'OTAN. Au lieu de cela, il s'agirait d'une intervention contre l'EI et les groupes affiliés à Al-Qaïda. Il s'agirait de « finir le travail » et empêcher l'EI de déménager. Et cela mettrait en évidence encore une fois le désagréable fait que là où l'Occident sème le chaos et détruit les pays, la Russie ramasse les morceaux et aide à les stabiliser.

Incidemment, immédiatement après la proclamation de la victoire de Poutine sur la base aérienne russe en Syrie, il monta dans un avion et s'envola vers … l'Egypte. L'astucieux MK Bhadrakumar pense que le voyage consiste à mettre en place quelque chose pour la Libye:

   

Le fait est que le dossier libyen a été rouvert. L'Etat islamiste se réinstalle en Libye après son écrasante défaite en Irak et en Syrie. La Russie et l'Égypte ressentent la nécessité impérative de se mobiliser rapidement et d'affronter les groupes extrémistes en Libye. Tous les deux soutiennent le commandant de l'Armée nationale libyenne Khalifa Haftar, installé à Benghazi, qu'ils considèrent (à juste titre) comme un rempart contre l'extrémisme violent en Libye.

    Le vide du pouvoir en Libye et l'insécurité croissante dans l'ouest égyptien menacent la stabilité de l'Égypte et le prestige du président Sissi est en jeu. D'autre part, la participation égyptienne en Libye affecte l'équilibre des forces au Moyen-Orient. Il est intéressant de noter que les monarchies du Golfe sont également impliquées dans la crise libyenne.

    À première vue, Moscou s'en remet à l'ONU pour les questions clés et est également en train d'y amener le gouvernement de Sarraj à Tripoli. Ce qui suggère que Moscou pourrait se positionner en tant que médiateur entre les partenaires rivaux de la Libye – Sarraj et Haftar veulent surtout faire en sorte de compenser plus tard les pertes financières subies en 2011 suite au changement de régime. Ces  pertes sont estimées à plus de à 10 milliards de dollars en contrats ferroviaires, projets de construction, transactions énergétiques et ventes d'armes.




Poutine sur la base aérienne russe de Hmeymim hier déclare sa victoire et ordonne le retrait des troupes russes de la Syrie

Par Marko Marjanović

Source : http://www.checkpointasia.net/index.php/2017/12/12/putins-declaration-of-victory-in-syria-opens-door-for-russian-strikes-on-isis-in-libya/



Comment...





No comments yet.

More Stories on AfricaVoice