France- Loi anti-"fake news" : Emmanuel Macron se prend une volée de bois vert sur tweeter

Posted on January 5, 2018 18:22:27 Filed in International





La campagne  du président français Emmanuel Macron contre les fake news [pendant les campagnes électorales] ne passe décidément pas auprès de l'opinion publique française qui ne lui pardonne pas de ne pas être lui-même un modèle de diffusion d'informations authentiques.

Le président français qui, lors d'une conférence de presse conjointe avec le président russe, vladimir Poutine en mai dernier, au château de Versailles, avait accusé RT et Sputnik, deux médias russes, de s'être comportés durant la campagne présidentielle « comme des organes d'influence […] et de propagande mensongère », vient même d'être gratifié du très peu flatteur sobriquet de « Mister Propagande » par ses détracteurs qui n'hésitent pas à le brocarder via des twits   moqueurs.

Il faut rappeler que lors de ses vœux à la presse mercredi, le chef de l'Etat, visiblement encore traumatisé par les « Macron leaks » qui avaient gravement déteint sur son image lors de la dernière campagne électorale, a affirmé, dans la perspective de la loi que son gouvernement voudrait faire voter en 2018 contre les « fake news »,  que cette loi comporterait « des obligations de transparence accrue » sur les contenus sponsorisés postés sur les plateformes (identité des annonceurs, montants investis) et la possibilité, « en cas de propagation de fausse nouvelle », d'engager une procédure de référé auprès d'un juge pour « supprimer le contenu mis en cause (…) déréférencer le site (…) fermer le compte utilisateur concerné ».


Déjà, dans les milieux de la presse française, voire du monde, cette entreprise de caporalisation de l'information sur fond de règlement de comptes, exactement comme cela se fait dans les pires dictatures africaines, asiatiques et latino-américaines, est très mal perçue.


.@EmmanuelMacron souhaite-t-il faire des journalistes des attachés de presse au service de son story-telling? Cette proposition est dangereuse pour la liberté de la presse. https://t.co/PAIrZ8Cspr


Cité par 20minutes.fr, Arthur Messaud, juriste de l'association La Quadrature du Net, trouve la proposition de loi anti "fake"  « complètement excessive ».


Si Christophe Deloire, Secrétaire Général de Reporters sans frontières (RSF), souligne qu' « on ne récuse pas le principe selon lequel il y a des exceptions à la liberté d'expression », il trouve la démarche de Macron un peu biaisée :  « il faut se demander qui est le mieux à même de statuer sur ces exceptions. Et nous préférons l'intervention du juge à celle de l'autorité administrative ».

Mais plus que la presse elle-même, c'est l'opinion publique qui trouve que Macron n'a aucune autorité morale pour redresser les torts des manipulateurs et autres propagandistes, lui dont l'élection surprise à la tête de l'Etat français serait la résultante d'immenses et immondes campagnes de manipulations ourdies par les puissances d'argent.

Tenez :



 

Bien évidemment, il y en a qui tentent de prendre la défense du président.


Mais à en juger par leur nombre à peu de choses près marginal, on pourrait en déduire "démocratiquement" que le projet de loi Macron devrait être jeté à la poubelle. A moins que ce soutien des dictatures endurcies d'Afrique (Kabila, Paul Biya, Faure Gnassingbe) n'en ait que f... de l'opinion, lui qui ne devrait son élection qu'à une coterie de faiseurs de "fake". Comme quoi,



 

Et de bien bonnes... !

























Natondi K.



Comment...





No comments yet.

More Stories on AfricaVoice