Revirement spectaculaire- Kim tend la main à Trump : Les relations Pyongyang-Washington désormais en mode détente (!?)

Posted on March 9, 2018 21:34:29 Filed in International




Après au moins un an d'outrances verbales d'une rare violence entre le dictateur nord-coréen, Kim Jong Un  et l'extravagant chef de l'exécutif américain, Donald Trump c'est un véritable coup de tonnerre qui vient de secouer le ciel des relations internationales de son effet surprise : Les deux hommes d'Etat pourront se rencontrer d'ici fin mai, à l'invitation du premier.


Il était 00 H (TU), 19 H, heure de Washington, quand  Chung Eui-yong, conseiller à la sécurité nationale du Président sud-coréen Moon Jae-in, a annoncé au monde la spectaculaire –pour ceux qui n'y croyaient pas- et brutale –pour les durs qui n'en voulaient pas- nouvelle de l'invitation adressée par Kim Jong-un à Donald à une rencontre "le plus tôt possible", traduisant ainsi les nouvelles dispositions de Pyongyang, subséquentes à une rencontre au sommet  en Corée du Nord entre des émissaires de la Corée du Sud et les autorités nord-coréennes.

A son tour, le Commandant-en chef de l'armée yankee ne s'est pas fait courtiser longtemps, lui qui a accepté l'invitation,  allant même jusqu'à annoncer  qu'il rencontrerait le son homologue d'ici mai.

Si Trump n'a pas nécessairement effectué un virage sentimental à 180° vis-à-vis du "petit gros" de la péninsule, il n'en est pas moins tombé sous le charme des propositions de ce dernier qu'il s'est d'ailleurs empressé de relayer à travers un de ces tweets dont il est coutumier  "Kim Jong Un a discuté de dénucléarisation avec les représentants sud-coréens, pas seulement d'un gel" des activités nucléaires, a écrit le président américain. "Également, pas de tests de missiles de la Corée du Nord pendant cette période", c'est à dire pendant d'éventuelles négociations, a-t-il poursuivi. "De grands progrès ont été réalisés mais les sanctions demeurent jusqu'à ce qu'un accord soit trouvé. Rencontre prévue !"


De l'avis des observateurs et commentateurs préoccupés jusqu'ici par la menace d'une guerre à grande échelle (planétaire) -pouvant impliquer la Russie et la Chine, deux puissances militaires incontestées réputées soutiens de Pyongyang, d'un côté, et de l'autre les Etats-Unis et ses alliés de l'Otan, détenteurs du plus puissant arsenal militaro-nucléaire du monde-  que faisaient planer sur le monde les échanges très hostiles entre les Etats-Unis et la puissance nucléaire en devenir qu'est la Corée du Nord, la nouvelle d'une –possible- prochaine rencontre Kim-Trump est de nature à rassurer le monde.


Pour tout dire, et sauf dérapage dans l'intermède, on peut constater que l'obstination des Etats-Unis à faire planer  la menace d'une ruée militaire sur  la Corée du Nord, illustrée par l'annonce de la reprise des exercices militaires américano-sud-coréens après la trêve olympique, d'une part, et la détermination du chef du dernier régime stalinien de la planète de doter son pays de l'arsenal nucléaire n'auraient pas finalement eu raison de… la raison… de préserver le monde d'une escalade meurtrière.



Il eut pourtant été difficile de le croire -à moins d'être dans les secrets des dieux de la diplomatie internationale-  jusqu'à  l'arrivée à Pyongyang lundi d'une délégation sud-coréenne de haut rang pour rencontrer le dirigeant nord-coréen,   marquant ainsi, il va sans dire, l'amorce d'une détente sur la péninsule.  

Et pourtant, nous y voilà ! En plein dans ce qui n'est ni plus ni moins qu'une manière de décrispation. Comme qui dirait, il n'est pas sensé de dire « fontaine, je ne boirai jamais de ton eau ».

Ndam Njoya Nzoméné



Comment...





No comments yet.

More Stories on AfricaVoice