Grande Bretagne : La femme contaminée au Novitchok est morte. Londres accuse, Moscou nie

Posted on July 8, 2018 19:24:25 Filed in Faits-Divers



Dawn Sturgess et son compagnon, Charlie Rowley. La première (à gauche) n'a pas survécu à l'empoisonnement


Moins chanceuse que les Russes Sergei et Julia Skripal victimes il y a quatre mois d'une intoxication de même nature, la Britannique Dawn Sturgess hospitalisée samedi à Salisbury au Sud de l'Angleterre, après avoir été contaminée jeudi à Amesbury, dans le Wilstshire (avec son compagnon, Charlie Rowley) , à l'agent innervant Novitchok, a finalement rendu l'âme dimanche.

L'annonce est de la police britannique qui a également affirmé dimanche soir qu'elle avait ouvert une enquête pour meurtre.

En attendant les conclusions de l'enquête, cependant, les officiels britanniques, par la voix du ministre de l'Intérieur de Sa Grâcieuse Majesté, ont déjà désigné le coupable : la Russie, à laquelle ils demandent de s'expliquer sur ces attentats récurrents à l'agent innervant qui se produisent sur leur sol.
Dès jeudi, en effet, le ministre Sajid Javid  est monté au créneau pour répéter les accusations émises il y a quelques mois pour les cas Skripal : «Il est maintenant temps que l'Etat russe explique exactement ce qui s'est passé».


«Il est totalement inacceptable que nos citoyens soient des cibles délibérées ou accidentelles ou qu'on déverse du poison dans nos rues, nos parcs, nos villes», avait ajouté Sajid Javid.

En manière de réponse du berger à la Bergère, le  gouvernement russe a rétorqué non seulement ne pas disposer d'informations sur cet autre empoisonnement, affirmant au passage être «très préoccupé» par «l'utilisation répétée de telles substances en Europe».

On se serait contenté de cette partie de ping-pong sur fond d'envenimement de la crise diplomatique entre les deux Etats qui dure depuis mars, en espérant que le couple récemment exposé à la substance toxique finisse par être décontaminé comme cela avait été le cas des  Skripal (père et fille). Hélas !, à moins que surgisse un rebondissement du genre Arkadi Babtchenko, supposé tué en Ukraine le 29 mai dernier et présenté vivant deux jours plus tard, l'auteur ou les auteurs du décès tragique de Dawn Sturgess devront porter sur la conscience ce énième dérapage meurtrier de l'épreuve de force à laquelle se livrent les grandes puissances, et qui ne cible en général que des gens coupables seulement de revendiquer la nationalité de l'un ou l'autre belligérant. Pour l'éternité !


Ndam Njoya Nzoméné



Comment...





No comments yet.

More Stories on AfricaVoice