A 27 ans, elle veut créer l'Amazon de l'Afrique

Posted on June 8, 2016 02:44:00 Filed in Inovation & New Techs


Il y a un an, Rania Belkahia a décidé de courir pour la première fois. Tous les jours, elle chausse ses baskets, « déterminée ». Six mois plus tard, elle courait un marathon : « Ça résume bien ce que je suis. »

La jeune femme de 27 ans, née à Casablanca, est une fonceuse. Elle a du flair, aussi. Elle a lancé Afrimarket avec deux autres camarades issus des plus grandes écoles (HEC, ESCP, Polytechnique, Télécom Paris Tech) :

« On s'est rendu compte qu'au niveau du commerce en ligne, il y avait tout à faire sur le continent africain. »
Cette petite plateforme de e-commerce, pour le moment présente en Côte d'Ivoire, au Bénin, au Togo, au Cameroun et au Sénégal, veut jouer sur deux tableaux : 
  • Concurrencer Western Union, comme d'autres start-up s'y essayentaujourd'hui. Mais en proposant à la diaspora africaine d'acheter directement des produits à leur famille plutôt que de leur envoyer de l'argent, en jouant sur « la confiance » et des taux plus intéressants.
  • Devenir une sorte d'Amazon local, destiné cette fois aux familles de classes moyenne et supérieure africaines, qui galèrent par exemple à acheter le dernier smartphone. Et qui se le feront livrer en moins de cinq jours, promet Afrimarket, grâce à une flotte propre.

« On change les habitudes »
Ce double modèle économique fait craquer les investisseurs. Orange est devenu l'an passé un des principaux actionnaires. Xavier Niel, PDG de Free (et copropriétaire de L'Obs, dont Rue89 fait partie), a lui aussi mis la main à la poche. Comme Jacques-Antoine Granjon, PDG de ventes-privees.com. En tout, la start-up a levé trois millions d'euros et une nouvelle levée de fonds est en cours actuellement. 

A terme, l'ambition d'Afrimarket est de s'étendre sur le continent entier. Mais tout est compliqué. Rania Belkahia explique :
« On change les habitudes, beaucoup de familles ne sont pas familiarisées avec le numérique donc ça prend du temps. »
Dans ce Derrière le pitch, on lui a demandé pourquoi et comment entreprendre dans le numérique sur ce continent qui n'est connecté que par intermittence. Et ça fait voyager.

Benoît Le Corre



Comment...





No comments yet.

More Stories on AfricaVoice