La seconde plus grande dépression économique est-elle à nos portes ?

Posted on August 29, 2016 22:34:41 Filed in Economy


Il est très  trop tôt pour déterminer quelle sera la forme, la dangerosité de la crise
à venir.  Ce qu'on peut dire  déjà c'est qu'on voit venir une crise. On le devine d'ailleurs à plusieurs éléments; l'ampleur qui est prise aujourd'hui par les placements spéculatifs, les prises de risque de toute une série de banques, la très grande nervosité aujourd'hui des marchés financiers qui se traduit par une volatilité des cours extrêmement importante, voire l'effondrement de cours, comme dans le cas du pétrole ou d'autres matières premières.

On considère que cette crise aura une incidence très néfaste sur l'économie mondiale, parce que l'économie mondiale n'a toujours pas récupéré depuis la crise précédente, celle des subprimes de 2008.

Le marché pétrolier aujourd'hui fait à deux choses importantes. La première c'est qu'il y avait depuis maintenant plusieurs années un excès de production. Mais, cet excès d'offre est en train de se réduire. Il se réduit d'ailleurs à cause de la baisse des prix du pétrole. Cette baisse a d'ores et déjà entrainé toute une série de fermeture de puits, en particulier dans le pétrole de schiste aux USA, continue d'entrainer des fermetures de puits ou des ralentissements de production, en particulier sur les gisements et sur les productions dont le coût est particulièrement élevé.

La deuxième chose importante qu'il faut saisir et comprendre, c'est qu'aujourd'hui le pétrole est devenu un actif financier comme un autre. Ce qui veut dire que d'énormes quantités de pétrole estimé à peu près 80-85% des stocks mondiaux, des réserves de pétrole sorties, ne sont pas possédées par des entreprises pétrolières, mais directement par des sociétés financières ou des banques. Or, le stockage de ce pétrole coûte cher, et aujourd'hui de très nombreuses sociétés financières sont obligées de vendre les stocks qu'elles ont accumulés depuis deux à trois ans, et en faisant cela, elles augmentent artificiellement les niveaux de production et elles provoquent une chute importante du cours.

Les pays qui exportent le pétrole vont, à mon avis, continuer à en exporter, parce qu'ils ont besoin d'argent, sauf que ceci va amener à des modifications dans les exportations. On voit déjà qu'aux USA, on peut exporter du pétrole. Pendant très longtemps il était interdit d'exporter le pétrole depuis les USA. Mais aujourd'hui on voit que cette autorisation, certes elle pourra profiter à certains centres financiers, à certaines banques qui détiennent des stocks relativement importants, mais que cette autorisation ne pourra pas profiter aux producteurs, parce que les producteurs sont en train de réduire très fortement leur production. L'Iran qui voit les sanctions contre lui levées, voudra en profiter pour écouler son pétrole sur le marché mondial.

La  Chine doit chercher à faire évoluer sa croissance  vers l'intérieur que vers les exportations, vers des productions qui sont à faible nuisance écologique que vers des productions qui sont à très forte empreinte écologique, mais ce changement prendra du temps. C'est tout à fait normal, cela peut prendre plus ou moins plusieurs années, alors que pendant cette période de changement, l'économie chinoise sera évidemment en difficulté, en croissance moindre, par rapport à ce qu'on a connu ces dernières années.

Dans toute une série de pays il y a malgré tout, des gisements potentiels de croissance importants, mais que ces gisements sont plutôt situés sur la demande intérieure que sur les exportations. C'est sans doute  la même chose au Brésil et en Russie, et là il faut comprendre que c'est plutôt dans le développement de l'économie intérieure que l'on pourrait avoir une forte croissance.

La question qui se pose dans beaucoup de pays,est celle de savoir, si on va continuer de respecter et d'appliquer les politiques d'austérité?

 

Luc Deschamps Kouam; CPA CMA -MBA Finance &Comptabilité

Luc Deschamps Kouam

Publicité



Comment...





No comments yet.

More Stories on AfricaVoice